FANDOM


Calendrier de Golarion

Cette page présente les récits relatant les evenement du  mois, sous le regard d'un personnage du monde 

La timeline presente les faits brut.

Fin du Mois d'Abadius 1er - Année 4713Modifier

La mort de Lodarius

Les événements se passent dans la soirée qui suivi la libération de Xamanthe la centaure.

La soirée fut rude et les effets des poisons du Daemon laissèrent encore une impression de suffocation même plusieurs heures après. Le camp s’installa en face de l’ile, à l’abri de son aura menaçante. Tu pris le dernier quart de garde. Te permettant de commencer à te reposer pendant que Khaajit apprenait ses sorts et que les deux derniers effectuait leurs rites quotidiens.

Tu regardais le feu depuis 15 minutes, comme si il t’avait hypnotisé, lorsque tu sentis un aiguillon traverser ton crane. Celui-ci pris feu, ou du moins, en as tu eu l’impression, ta raison s’enfuyant de ton enveloppe physique par volute.

Tu n’échappas qu’un râle d’agonie faible et long insuffisant à reveiller tes camarades endormi.

Par delà le feu et la douleur, tu vis une forme approcher d’un halfling ronflant, une créature constitué d’un nuage de fumée malsaine d’où sort une paire de bras pales et attrophiés terminés par des griffes effilés, chacune aussi grande qu’une épée courte.

Comprenant qu’un congénère de ton bourreau approchait, tu tentas d’alerter Pierre Loup pour lui eviter de subir le meme sort, non pas en criant _effort trop complexe_ mais en lâchant la gamelle en acier tenue dans tes mains crispées par la douleur.

Le bruit réveille le rôdeur, qui donne immediatement l’alerte, et lance immediatement plusieurs projectiles de sa fronde en ta direction. Un râle d’outre tombe rugit juste derrière toi. Sa réponse ne se fait pas attendre alors qu’une douleur te traverse la poitrine et que tu aperçois une main ensanglanté en sortir. 

Alors que tes fonctions vitale s’arrête,

_Que tu sens l’absence des battement de ton coeur

_Que tu commences a sentir tes membres se refroidir

_Que ton esprit part en une fumée violacée de tes plaies, ta vie s’échappe, avalée par ton assassin.

  Tu sens ses mâchoires tordre ton ego , sa présence se délectant de ton essence. Celle-ci disparaissant, absorbé par le dévoreur d’âme. La proximité te fait sentir sa faim millénaire. Puis ton sens sa détresse et sa douleur alors qu’elle est attaquée. Puis lentement, tu ressens le relâchement de l’étau et tu aperçois la réalité à travers le voile noir qui se perce.

Le monde vivant est flou, et agité par un combat a proximité. Cependant seule la lumière s’échappant d’un flacon ouvert empêche ton esprit de rejoindre l’au delà. La succion devient inévitable et tu te retrouves mélangé et impuissant comme coincé dans un coffre. Qui plus est avec une présence maligne et mauvaise, mais dont la menace est amoindrie.

La créature ne semble pas être capable de communiquer par la parole mais par les sentiments, elle tente de te submerger par la rage, mais le combat est devenu beaucoup plus égal, tu résistes et tu arrive même à prendre le dessus par la fermeté d’esprit.






Apres un temps interminable occupé par un combat de chaque instant, le couvercle de la prison s’ouvrit, vous déversant tous les deux dans une gangue au goût renfermé, vieux et flasque et douloureux à y demeurer.

Tu te rends compte assez vite que cette impression ressemble à celle que tu avais lorsque tu étais vivant. Des poumons fonctionnent difficilement et en sifflant, les membres ne répondent pas, entravés. Ouvre les yeux.

La pièce est noyée dans la pénombre mais tu semble quand même voir sur un spectre optique différent. 



Tu tentes de regarder autour de toi alors que l’essence du dévoreur d’âme cogne toujours à l’arrière de ta conscience. Tu es au milieu d’une scène de cauchemar, une vingtaine de cadavres frais ou non étalés autour de toi, boite cranienne ouverte et vidés ou eventré….. et penché sur toi, une figure grande, émaciée à l’extrême, et une lueur rouge et malsaine logé dans son unique orbite occulaire.

La créature semble embarrassé par l’usage de la parole, mais s’exprime dans un commun parfait et soutenu.



« Vordakai t’as prélevé parmis les tiens, ta vie est entre ses mains, alors parle, sinon ton âme sera donné à un autre dévoreur, et comme le grand Vordakai veut des réponses rapides, en attendant tu ne connaitras que la torture. »



Attrapé des 4 membres par les énormes zombies qui l’accompagnent, tu es questionné sous la douleur, au bout de 10 minutes tu cèdes, car à cela s’ajoute, la pression exercée par le dévoreur replié dans le même corps que toi.

Tu balances tout…. que la nation est a l’ouest… que les dirigeants sont des aventuriers experimentés, les faibles effectifs de l’armée.



Ton salut n’est dû qu’a des bruits d’explosions situé au loin. Vordakai fait signe de t’achever, les gardes tirent à arracher les membres de ton corps et tu t’aperçois sous une ignoble douleur qu’ils n’ont rien d’humain, tu es dans le corps de la guenaude. Par la torture et le traumatisme, le dévoreur emporte tout et prend contrôle du corps, paradoxalement tu ne ressents plus douleur mais renfermement a la place.

Tres vite Vordakai achève le corps démembré et dément par la possession du dévoreur, vous etes alors relâché tous les deux d’une boule de vapeur.

Les dernières choses que tu aperçoit sont tes compagnons qui font irruption dans la pièce volant à ton secours quelques secondes trop tard.



Attiré en dehors de la realité, flottant a travers la réalité par le plan éthéré alors que vous continuez à vous battre, vous etes rejoint par d’autres masses semblable. La vitesse croissante et vertigineuse devient insoutenable, vous eloigne de Golarion vers une brume de plus en plus lumineuse et tu perds à nouveau conscience.






Tu te réveilles sur le banc froid d’un couloir d’un bâtiment spacieux froid aux pierres gris bleu et polies. 



Ton corps te parait aussi léger qu’une plume, voir moins.



Devant toi se tient une unique personne qui te fait penser d’abord a un centaure, en plus chetif, le corps d’une biche remplaçant celui du cheval, et dont la tête est parée de bois complexes et entrelacés couleur de marbre et veinés d’or, elle semble attendre patiemment une réaction de ta part.

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Previously On Kingmaker…

Ce texte contient quelques rollback permettant de mieux comprendre des éléments du scenarios oubliés a cause de la fatigue et du nombre d’éléments a tenir en compte.

Apres avoir libéré Xamanthe Feudargent de sa prison à l’intérieur de l’ile de Vordakai. Les aventuriers ont décider de camper sur le surplomb en face de l’ile de Vordakai.

Apres une soirée passée à débriefer de l’identité de la silhouette squelettique qui a tourmenté la centaure pendant sa captivité. Vous avez devisé de la meilleure façon de se débarrasser des morts-vivants (pas d’armes tranchantes ou perforantes). Puis décidé de s’endormir là-dessus.

Pendant la garde de Lodarius, Pierre Loup est réveillé par des gémissements de douleurs, et se dresse pour voir Lodarius assis, sans défense, prêt du feu entre les doigts griffu d’une créature faite d’ombre.

PZO1116-PreviewMonster-2

Pendant un combat acharné, au cours duquel une autre de ces créature apparu, Lodarius fut mis à mort, la griffe traversant son torse et sa vie arrachée en même temps que son âme. Poursuivi par tous les compagnons, le buveur d’âme s’enfuyant ne fit pas long feu car pris en embuscade par une guenaude qui le mis à mort avant de récupérer à son tour l’essence du buveur d’âme dans une jarre violette. Après s’etre defendu ardemment contre Miyaro Khaajit et Brendulf celle-ci s’échappa sur l’ile par une porte dimensionnelle. Laissant les aventurier seul face au cadavre de leur ami.

Une heure après, au point du jour, le petit groupe repris l’exploration de la tombe afin de retrouver une trace de la guenaude. Apres une caverne remplie d’une fosse à goudron, où un duel aérien entre un magicien humain ramené à la vie et Vicana mis feu à la fosse. Après un sepulcre où le sanctuaire interieur enfoncé par Brendulf cacha un etrange autel. Les aventuriers penetrèrent dans une salle de banquet sinistre ou des dizaines de chaises étaient garnies d’un cadavre au crane ouvert et au cerveau partiellement consommé. Plus sinistre encore fut l’enchevetrement de cadavres nus et eventrés sur la longue table. Au dessus de celui-ci la guenaude fraichement ouverte de bas en haut s’ecoulant encore de ses fluides sur le reste des cadavres. Le bol ayant récolté l’essence visé a l’interieur des tripes ouvertes.

Par-dessus, l’étudiant, se trouvait une silhouette sinistre en robe emacié à l’extrême d’un humanoïde d’environ 3m et possédant un joyau luisant à la place de son unique œil. Mettant à mal la tentative d’approche discrète des 3 compères. Il dépécha ses gardes afin de questionner les intrus.

Khaajit s’avança calmement et engagea la conversation afin de faire gagner du temps aux autres. Il affirma après l’injonction de Khajiit

« Bientôt les petites bourgades que vous gouvernez au dela des montagnes tomberont aussi sous mon joug, et tous me vénéreront, car je suis Vordakai et que plus rien n’existe pour me barrer la route à présent. J’ai longuement interrogé votre officier et je sais que vous n’avez pas d’armée. Les morts se lèveront et vous envahirons. »

33-vordakai3-blog

Peu de temps après la bataille éclata et se solda par la mort de Vordakai après que celui-ci arrive plus a dissiper ses enchantements, que ceux de Brendulf dont la taille dépassait les 3m sur 4 pattes. Lors de la destruction de son corps sa main griffu déchira la réalité laissant apparaitre un lac violacé au ciel rouge. Alors que ses restes se réduisaient en cendre celle-ci s’échappa par ce portail.

Khaajit premier sur les lieux du décès extenué en haut d’un escalier commença a fouiller les restes tombé pour finir dans une jarre d’âme laissée là. Libéré par Miyaro il continua a étudier les possessions de Vordakai avec précaution, prenant avec un tissu le joyau enchâssé dans l’orbite de Vordakai.

Pendant l’exploration de la suite du tombeau, Vicana et Pierre loup découvrir horrifié que Khaajit était en train de s’arracher l’œil à Vif pour y mettre le Joyau a sa place. Alors qu’il était agité de spasme, Pierre loup vint lui arracher le joyau pour le jeter dans une bassine au loin.

Après que Vicana ai remis l’œil pour soigner la blessure, Khaajit s’offusqua de l’action de Pierre Loup de l’opération prétextant qu’il était complètement volontaire de cette mutilation. Tentant de voir si le joyau s’évacuait du bassin Pierre loup réveilla un ultime gardien des appartements de Vordakai : Un élémentaire d’eau perverti par les puissances de la ruine. Le combat fut long car les aventuriées fatigués et sans ressources après le combat contre la liche mais fut solda par une victoire sur le fil.

La fouille minutieuse des apparetements revelerent le tresor très organisé de Vordakai. Une bibliotheque de tablette sur l’histoire du Casmaron Precataclysmique. Et une collection de jarres bouchée à la cire noire contenant chacune une lueur violette volettant à l’interieur. Chacune de ces jarres enfermant le corps et l’esprit d’un habitant de Vordakai qui se precipiteres à génou des aventuriers. Après plusieurs fouille minutieuses, toujours pas de signe de celle contenant l’ame de Lodarius.

Mois d'Abadius 1er - Année 4713Modifier

A part Pierre Loup, qui tentait de lutter contre l’énervement ambiant, peu de mots avaient été lancés depuis le départ de Varnholdt. Khaajit pestait et  lançait dans le dos de Vicana quelques remarques cyniques concernant son amour envers les gobelins les Orcs, les Spriggans, bientôt les Spectres et les Beholders.



Le camps s’était formé dans les steppes à la tombée de la nuit à une demi journée de marche de Varnhold, on pouvait encore voir au loin la foret limitrophe à la petite ville. Le froid mordant ne semblait n’affecter que Selim couvert de fourrures et de moufles, il était du coup affairé à l’alimentation du feu. Khaajit irradiait une chaleur mesurée afin de s’en prévenir, Vicana avait depuis longtemps pris forme hybride, quand à Pierre loup il savait depuis longtemps se protéger du froid avec de la graisse.



L’étincelle mis feu aux poudres pendant le repas.  La part de gibier de Vicana n’étant qu’une charogne fraiche et  non une proie tuée.

« [V]_ J’ai l’ouïe très fine au cas ou tu en douterai encore. Et c’est la pitance que tu recevras, tant que tu ne voudras apporter le sang et la guerre au moindre peuple. 

_ [K] Pour la dernière fois, ces créatures ne connaissent que les conflits, elles ne sont acceptées de personne et n’accepterons personne. Après je suis d’accord, ils sont pas responsable de la disparition. Mais ils occupent un village d’un allié, donc ils partent, par la volonté ou le sang. Si nous retrouvons les habitants. Il y aura un conflit beaucoup plus ouvert. Si nous ne les retrouvons pas, je tiendrai à ce que les terres nous reviennes. 

_[V] He bien dans ce cas là nous aurons des vassaux Spriggan armés et amicaux.

_[K] Tu as l’ouie fine mais ne retiens pas tous mes mots. Ils n’accepteront jamais notre autorité si nous ne démontrons pas notre force. »

Khaajit jeta sa viande faisandée à Brendulf a l’extermité du camps, puis il pris congés.

_ [K] J’espère juste que les tribus centaures vous seront amicales parce que ce n’est pas avec vos bons sentiments que vous lutterez contre une tribu de guerriers. »

Le jour d’après fut plus encore plus âpres, l’entrée dans les steppes s’accompagnant d’un vent violent et froid, Khaajit ne décocha mot qu’a Selim cherchant conseil,  ce n’est qu’en fin de journée qu’il demanda un service à Pierre Loup.

« _[K] Hey l’Halfling, j’aurais besoin de tes services… tu as bien gardé un ou deux tour afin de communiquer avec la ville ?

_[PL]...oui toujours en cas d’urgence, Khaajit..il faut cependant trouver un oiseau pour porter le message

_[K] Ah donc c’est  en cas d’urgence et présence d’un oiseaux… tellement brillant…il faudrait contacter Lodarius pour le mettre au courant. J’aurai besoin que tu lui fasses livrer ce message. »

Pierre Loup ne lâcha pas khaajit du regard alors que celui-ci tendais le parchemin.

_[PL] Essaie au moins d’être honnête avec tes camarades. Je sens qu’il n’y a pas que ça. 

_[K]... bien… je peux compter sur ta discrétion ?

_[PL] Dans la mesure ou cela ne nous met pas dans un danger que l’on ne puisse gérer. 

_[K] Je compte repartir a Varnhold regler cette histoire de Spriggan avant qu’ils aient le temps de réagir et que nous ayons a faire avec un conflit enlisé.

_[PL] Comptes- tu les tuer un a un jusqu’au dernier ?

_[K] Non…juste leur montrer qui est le plus fort et les faire déguerpir. Lodarius me rejoindra  a Varnhold, c’est triste à dire mais a deux nous auront peut être plus de chance de nous infiltrer que nous tous.

_[PL] et pour les centaures, tu n’auras plus ton mot a dire sur nos decisions… 

_[K] Si ! enfin j’aurai aimer..mais… j’imagine que oui, c’est un marchandage honnete. Et puis j’ai confiance dans l’influence de Selim dans vos décisions. 

_[PL] Bien.. je vais te préparer un packetage pour la route.. tu n’es pas si doué que tu en a l’air et tu auras a survivre le temps que Lodarius arrive.»

Avant l’aube Khaajit se leva discrètement pendant le tour de garde de Selim, lui fit signe et reçu ses vœux de chance ; Il prit sa monture dont les fontes avaient été remplies par PierreLoup. Au bout d’une dizaine de mettre il fut pris d’un frisson et se retourna. Brendulf et un autre loup géant à la fourrure dorée l’observait.  

Khaajit continua sa route… « autant pour la discretion… » lacha t’il.

Mois de Kuthona 12eme - Année 4711Modifier

Auteur ~ Pere de Khaajit - lettre en réponse de [Lettres#Mois de Nethil 11eme - Année 4711|La lettre] de Khaajit du mois dernier
Une caravane fluviale en provenance du Mirvon (votre voisin du sud) apporte avec elle un messager avec une missive pour "L'heritier d'Orus, Khaajit Deh El Wadi" dans une calligraphie élancée.

Notre très cher enfants,

Nous sommes soulagé d’avoir des nouvelles de l’héritier d’Orus, sachez cependant que Shokandi a survécu à votre malheur, t'a tenu pour disparu (et non mort puisqu’il n’avait pas retrouvé de cadavre.) et qu’il nous a tenu au courant de ton périple vers le nord. Il est reparti vers les siens afin de méditer sur ce qu’il a appris de son voyage.


Nous sommes heureux de savoir que notre fils gouverne une province, cependant nous ne pouvons que nous en étonner. Nous n’avons que de mauvais retours de nos transactions avec les royaumes fluviaux et leurs dirigeants. Nous nous inquiétons de savoir que notre héritier et notre famille risque d’être mêlé à leurs réputations. Nous serions ravis de mener une visite d’affaire qui nous permettra de s’assurer que notre nom n’est en rien terni par ton  activité.


Zangfei, serai ravi de faire parti de ce voyage. Malheureusement notre précédant grand alchimiste ayant décidé de trahir nos secrets, ton ami nous ayant aidé à résoudre ce contretemps, il travaille désormais le remplacer. Mais il ne peux refuser d’aider son jeune ami, il aura donc une solution à t’apporter.



Nous partirons donc pour la nouvelle année, en caravane de 100, profitant de la rigueur hivernale afin conserver nos marchandises. Si les conditions de notre visite sont bonnes alors nous doterons généreusement notre héritier. Sinon il devra alors renoncer a ses idées de grandeurs et a continuer de servir nos intérêts.



Patriarche Khefrem Deh El Wadi